Stéphane Benault

Publié le par Favrel Desplanques

  Une tache d'encre, un électron, un ovule, une explosion, une pupille, un
  soleil,
  une cellule, un trou noir.
  Une forme aux probabilités multiples, faisant à la fois penser au corps, au
  microcosme et au macrocosme, à l'intérieur et à l'extérieur.
  Une image positive et négative, dédoublant ses sens, une sorte de tache dans
  l'oeil qui demeure après avoir été ébloui...
  Une forme qui libère une énergie, rien de précis.

"La tache ne joue qu'un rôle d'inducteur de symboles.
Le même rôle peut être joué par des nuages, par des flaques d'eau sur un
chemin, par des dégradations sur un mur(...)Polyvalente en symboles, la
tache est elle même un symbole, celui d'une dégradation, d'une anomalie,
d'un désordre; elle est en son genre quelque chose de contre 
nature(...)Qu'elle soit l'effet du vieillissement des choses qui s'effritent,
ou qu'elle soit le résultat d'un accident, la tache signe la contingence de
l'être dont la perfection, si elle est atteinte, n'est que de courte durée.
Elle est l'empreinte de la faiblesse et de la mort.
Elle dit que tout passe comme un nuage."
Jean Chevalier, Alain Gheerbrant in Le dictionnaire des symboles.


 

 

 

 

Publié dans Fiat Lux!

Commenter cet article