"Son of..."

Publié le par Favrel


L'exposition Son of est une tentative d'approche et de dialogue entre la jeune peinture allemande

berlinoise et française autour du travail d'Eugène Leroy. Fils de peut d'abord s'apparenter à une quête

de paternité, mais qu'est-elle réellement?

Quels liens en effet entre les tableaux fabriqués à l'ordinateur de Markus Selg, collages hétérogènes

d'images piochées sur internet, ou les oeuvres structurées et augmentées par l'adhésion de tissus de

Guillaume Bruère et les paysages évanescents construits par la quête de lumière d'Eugène Leroy ?

Quelles potentialités de rapprochement entre l'univers des comics américains consommés et

employés par André Butzer et Andreas Hofer et les nus fugitifs et mouvants de Leroy ? Quelles

possibilités nous offrent les constructions, les amalgames autant sculptées que peintes de Thomas

Helbig ou de Thomas Zipp et les dessins expressifs et vifs de Leroy ?

En effet, point de citation littérale, pas de mise en situation d'oeuvres par rapport à d'autres, au

contraire, Son of… se veut l'expression la plus directe de la peinture et de son processus de

réalisation.

Si chacun de ces artistes trouve en Leroy une figure importante de l'histoire de la peinture, aucun

explicitement ne l'invoque ou ne le signale formellement dans leurs oeuvres. La quête de l'oeuvre et de

la peinture en particulier, dans ce cas là, loin de tout tabous, se construit autour d'une même volonté

de dépasser à la fois l'image et la peinture elle-même. Sans autre apport conceptuel que celui de

devoir "dépasser", "entrer en quête". C’est ce que développe Stephanie Rinke dans l'essai qui est

consacré à l'exposition "Im Schmuddeligen das Licht suchen ", "Dans la saleté, rechercher la

lumière" : en effet leurs oeuvres à tous ont cette caractéristique première à qui ne les a pas encore

regardées et lues, de provoquer un sentiment de recul, d'aversion. Mais tous ont ce point commun

d'offrir et surtout d'ouvrir sur une recherche de la lumière. Comme chez Leroy et aussi chez

Rembrandt, celle-ci pouvant être lue de deux manières, l'une littérale — la lumière est la couleur — et

celle plus conceptuel de recherche de sublimation, rechercher dans la peinture sa propre rémission et

celle du monde.



Musée des Beaux-Arts de Tourcoing
2, rue Paul Doumer 59200 Tourcoing
tel 03 20 28 91 60 fax 03 20 76 61 57

mail : museebeauxarts@ville-tourcoing.fr

Ouvert tous les jours sauf le mardi et jours fériés 13h30-18h


Commenter cet article